Autour des colonnades

Au début, c'était une prairie...

maison-des-corpos.jpg
La Maison des Corporations, carte postale mise à disposition de La Nouvelle Gazette par le collectionneur carolo Bob Slagmeulder, où s'élève encore aujourd'hui le Centre Albert, autrement connu comme Tour Baudoux du nom de son entrepreneur.
Même si cela étonne aujourd'hui, la place Albert 1er a été bordée d'arbres. C'est ce qui lui a valu de porter entre autres noms celui de "place Verte". Communément appelée "place de la Ville-Basse", elle a porté officiellement ce nom, mais aussi celui de place du Sud. Créée vers 1670, elle n'était à ses origines qu'une sorte de prairie entourée de tilleuls, que vinrent bientôt compléter des piliers de pierre bleue reliés entre eux par des chaînes. C'est sur cette place que se tenaient les foires aux bestiaux et aux chevaux. Les derniers arbres ont été abattus en août 1861 et remplacés par dix-sept candélabres, suivant en cela un plan d'embellissement décidé le 2 mars 1862. Cela mis à part, l'aspect général de la place n'a guère changé, si ce n'est au début des années cinquante, par la construction du boulevard Joseph Tirou et la création d'une galerie de commerces et d'appartements. C'est sur cette même place que s'élevait la "Maison des Corporations". Elle était due, comme de nombreux autres bâtiments officiels de Charleroi, à l'architecte Joseph André; elle abritait les bureaux de différentes associations ainsi qu'un café-restaurant et une petite salle de spectacles, "La bonbonnière".
Au début des années soixante, l'entrepreneur Jean Baudoux y a fait bâtir le "Centre Albert", constitué de 28 niveaux dont deux niveaux techniques, et qui offre 21.000 mètres carrés de surface utile. Les services postaux y ont notamment trouvé asile, ainsi que de nombreuses administrations nationales puis régionales. En bordure du boulevard Tirou et au pied de la desserte qui la longe, s'élève encore le bâtiment qui a abrité les services postaux de Charleroi IV, construit en 1907 dans le style Renaissance. Désaffecté et resté vide pendant de nombreuses années, il a été vendu en 1995 à des particuliers, les propriétaires de la "Librairie Molière", située boulevard Audent. En mars 1988, il a été décidé de creuser sous la place un parking souterrain de 150 emplacements. Faut-il le préciser : la dénomination des lieux, qui leur a été attribuée après la première guerre mondiale, rappelle le souvenir du troisième roi des Belges, le Roi-Chevalier. Né en 1875, il a accédé au trône en 1909, succédant à Léopold II. Epoux d' Elisabeth de Bavière, il a eu trois enfants. Il est mort le 17 février 1934 à Marche-les-Dames.
(source : "Charleroi d'hier et d'aujourd'hui, rue par rue", un dossier de La Nouvelle Gazette édité en octobre 1996 et vendu alors au prix de 200 francs belges)
Avant de lancer ma vidéo-montage sur l'aspect des alentours immédiats de cette place avec des photographies du 19 février 2012, j'aimerais lancer un appel aux personnes qui posséderaient encore des documents et des photos de l'ancien hôtel des Postes. Faites passer le mot. Autant il est important de se tourner vers l'avenir, autant il est essentiel de conserver et surtout préserver les faits et images du passé. Comme on dit chez "vous", c'est clair !
Portez-vous bien, soyez heureux et surtout...n'oubliez pas de sourire !  Merci !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Jean Marie Artamonow 24/02/2012

C'est aussi a cet endroit que se situaient juste avant démolition, au rez de chaussée les " Galeries Kakone " ( vêtements) et à l'étage le cinéma " Le Bled " , mon père y était projectionniste et temps en temps je lui rendait visite

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/02/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site