Austérité 2012

30 janvier 2012

 

lavenir.jpgMini reportage entre Marsupilami et Oncle Picsou...

30.01.2012-01.jpg

30.01.2012-02.jpg

30.01.2012-03.jpg

30.01.2012-04.jpg

30.01.2012-05.jpg

30.01.2012-06.jpg

30.01.2012-07.jpg

30.01.2012-08.jpg

30.01.2012-09.jpg

30.01.2012-10.jpglasoupepopulaire.com

 

30.01.2012-11.jpg

30.01.2012-12.jpg

30.01.2012-13.jpg

30.01.2012-14.jpg

30.01.2012-15.jpg

30.01.2012-16.jpg

30.01.2012-17.jpg

30.01.2012-18.jpgUn jour gris et neigeux sur le beau pays de Jean-Joseph  Charlier, dit Jambe de bois...

 

charlier.jpgGravure provenant du Tome premier de 

"Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830" de Louis Bertrand.

Mon ami, qui crois que tout doit changer
Te crois-tu le droit de t’en aller tuer les bourgeois ?
Si tu crois encore qu’il nous faut descendre
Dans le creux des rues pour monter au pouvoir
Si tu crois encore au rêve du grand soir
Et que nos ennemis, il faut aller les pendre

Dis-le-toi désormais
Même s’il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n’a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, qui crois que rien ne doit changer
Te crois-tu le droit de vivre et de penser en bourgeois
Si tu crois encore qu’il nous faut défendre
Un bonheur acquis au prix d’autres bonheurs
Si tu crois encore que c’est parce qu’ils ont peur
Que les gens te saluent plutôt que de te pendre

Dis-le-toi désormais
Même s’il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n’a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, je crois que tout peut s’arranger
Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois
L’avenir dépend des révolutionnaires
Mais se moque bien des petits révoltés
L’avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre
Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner

Hâtons-nous d’espérer
Marchons aux lendemains
Tendons une main
Qui ne soit pas fermée
On a détruit la Bastille
Et ça n’a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Ne pourrait-on pas s’aimer ?                  La Bastille, Jacques Brel  1955

 

En attendant la prochaine, portez-vous bien, soyez heureux et...surtout n'oubliez pas de sourire ! Merci !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 30/01/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site