Quand les Carolos offrent un verre de couleurs à leurs amis de SANCTA et AKZO Nobel

 

 

 

 

  

 

 

 

Il y a quelques jours, à la tombée de la nuit des rivières de couleurs ont coulé sur nos façades, la fontaine de la Place Charles II projettait (et projette toujours!) une eau rose « bonbon », des empreintes colorées foulent nos trottoirs… Les couleurs envahissent la ville!
 
Début 2011, les représentants de la maison de production anversoise Sancta sont venus nous présenter Couleurs Carolo, un projet que leur a confié Akzo Nobel. Grandiose! Le principe? Colorer 6 lieux emblématiques de Charleroi, les 6 projets étant thématisés par des valeurs différentes et personnifiés par des ambassadeurs carolos bien connus. Hospitalité, convivialité, amour… se traduiront en couleurs. 

Les six projets de mise en couleur feront l’objet d’une série diffusée cet été sur la RTBF/La une. A partir du 03 juillet, retrouvez tous les dimanches soir vers 22h30, l’histoire de chaque projet en images.

Couleurs Carolo ne serait pas ce qu’il est s’il ne revêtait pas une dimension collective. Animés d’idées pour valoriser leur ville et débordant de passion pour elle, les ambassadeurs se sont engagés à faire bouillonner leur quartier et/ou leur communauté en les invitant à participer aux travaux de mise en peinture. Chaque chantier se clôture par une fête ou un événement organisé le samedi qui suit la semaine de chantier.

Retrouvez ici le générique de chacun des huit épisodes.
 

Ce n'est pas à la fin que l'on présente, médias en tête, le début d'une aventure. Mis à part quelques retouches, quelques corrections voire des continuations, l'opération Couleurs Carolo a bien pris officiellement fin ce vendredi 12/08/2011 avec le départ de nos amis de Sancta Media et de son commanditaire AKZO Nobel. Couleurs Carolo, c'était un pari un peu fou qui se voulait rassembleur Six projets, six Ambassadeurs. Chacun de ceux-ci avait pour rôle de réunir suffisamment de candidat(e)s pour mener à bien chacun des six exploits. Le mot n'est pas trop fort car chacun  ne devait, en principe, pas prendre plus d'une semaine (hors préparation des supports). Lorsque l'on se rend compte de l'amplitude de chaque opération, il pouvait paraître raisonnable de prétendre que cela tenait plus de l'impossible que du possible. 39 piliers au parking "Les Bretelles" à l'arrière de la gare du Sud, 15 façades d'habitation sur la Place du Nord-Michel Levie, 99 panneaux sur la longue façade de l'ancien hôpital Notre-Dame, la remise en état et en couleurs des façades du Vecteur à laquelle venait s'ajouter, sur un mur bien en vue sur la Place Rucloux à l'angle des rues de Marchienne et du Moulin, le dessin fantastique de ELNINO 76, la folle entreprise de la mise en jaune des 42 mètres de hauteur du château d'eau Nexans avec -choisie par les bénévoles après examen d'autres projets- une juxtaposition de traits et de points en morse rendus bien visibles à  des kilomètres de par leur couleur noire et rouge qui, avec le jaune de l'ensemble, fait indubitablement penser aux couleurs de notre pays. Une grande première aussi puisque les techniciens de Levis ont réussi l'exploit de créer et de projeter sur la peinture des billes microscopiques donnant à l'ensemble une puissante phosphorescence.  Ces mêmes couleurs que l'on retrouve également sur le dernier site, celui de Rockerill, centre multi-culturel installé dans ce qui fut le musée de l'Industrie mais aussi riche qu'avant en machines et outils du même genre. Inutile d'en "remettre une couche" en précisant que si retard il y eût, cela est dû à des mouvements malheureux de la météo et non au bon vouloir de chaque bénévole.

Chacun de ces sites a été renommé en respectant l'esprit de sa réalisation et de ce qu'à voulu lui insuffler son ambassadeur : "L'arche de l'hospitalité" avec JJ Cloquet, directeur du BSCA, "la Place de la Convivialité" où Carmen Nitelet a fait renaître la Place du Nord, 99 panneaux retravaillés par 99 personnes dont une des particularités, celle voulue par le sympathique gynécologue Jean-Guy Sartenaer et sa "Mosaïque de la nouvelle vi(ll)e, celle d'être né(e)s dans un des hôpitaux de Charleroi. Dans le centre de la Ville Basse, l'Axe du Progrès, cher au coeur de Fabrice Laurent reliant le Vecteur à la Place Rucloux et la "fresque" de ElNino 76, un totem incliné rempli de symbôles de la région dans un dessin basé sur la célèbre photo représentant des Marines U.S. planter le drapeau américain sur un mont après une dure victoire sur les Japonais. Totem qu'il faudra redresser dans l'imaginaire mais aussi par les initiatives qui seront prises. Historien érudit, André Lierneux a rebaptisé "son" château : "Le flambeau de la passion". A Marchienne-Au-Pont sur la route de Mons, Benito Dussart, le vaillant et sympathique propriétaire du Rockerill a baptisé son projet "La voie de la progression" qui est la suite logique de l'Axe du Progrès.

Cette opération à ciel ouvert, cette co-opération a donc pris (momentanément ?) fin ce vendredi 12/08/2011 dans le magnifique lieu (classé) du Passage de la Bourse reliant sous une superbe verrière la rue Léopold à la rue de Marchienne. Cette soirée s'est passée avec la même bonne humeur rencontrée dans différents coins de la ville entre participants aussi motivés les uns que les autres. Comme pour les responsables de chaque projet, je n'en ai pas encore terminé. Par exemple, je dois terminer la série sur l'Axe du Progrès mais surtout le flambeau de la passion car je n'ai toujours pas obtenu l'autorisation de pénétrer dans l'enceinte de Nexans afin de pouvoir caresser ce flambeau avec les pixels de mon Canon. Je suis toutefois en mesure de vous présenter le montage réalisé ce 12/08 dernier. A ce sujet, certains pourraient être surpris de l'effet donné aux images. J'ai en effet, volontairement, axé ce montage autour de gros plans qu'un professionnel pourrait qualifier de grossiers (au sens technique) mais que j'ai voulu ainsi pour accentuer davantage ce que l'expression d'un visage peut rendre de ce qui se passe dans le coeur de tous les participants. Je tiens à remercier pour leur aide spontanée les époux Grandchamps, licenciés en histoire et propriétaires de la librairie qu'il ne m'était pas possible de ne pas montrer sur les photos qui suivent.

 

 

Portez-vous bien, soyez heureux et...n'oubliez pas de sourire ! undefined

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. 14/08/2011

De belles retrouvailles pour fêter la fin de cette aventure. Il y avait même un trompettiste avec une très bonne pose des lèvres. De beaux visages, de beaux sourires ... que du bonheur.
Bravo mon coeur
Bisous

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site