CHARLEROI ALTITUDE

Il y a de chouettes coins dans ma ville. Il suffit de bien poser son regard. Ou de le changer.

CHARLEROI EST UNE VILLE PLEINE DE CONTRASTES


 

CHARLEROI : LES GRANDS MOYENS POUR LA TOUR

 

GHESQUIERE,DENIS; WOUTERS,JEAN

 

Page 20

 

Vendredi 23 juin 1995

 

Charleroi: les grands moyens pour la tour

 

L'État met le paquet pour le Centre Albert. Mais il faut trouver plus de place pour les fonctionnaires. Nouvelle aile à la Cité administrative?

 

 

 

Quatre cent millions. Ca donne un peu le vertige. Comme la «Tour Albert Ier», qui domine de ses 86 mètres la ville basse, et à laquelle le conseil des ministres, à sa dernière réunion d'avant-élections, avait décidé de consacrer une telle enveloppe. Manifestement, le gouvernement sortant a décidé de «mettre le paquet» pour régler à Charleroi le problème de logement de ses agents.

 

«TOUR BAUDOUX»

 

Les Carolos le savent: le géant de la place Albert Ier abrite essentiellement des fonctionnaires (Finances, Affaires économiques, Équipement et Transport wallons, Santé Publique, Emploi et Travail...). L'État n'est pourtant pas propriétaire de la totalité de l'édifice. Au début des années 80, sous la houlette de Guy Mathot, la Régie des Bâtiments s'est engagée dans un processus d'acquisition progressive des quelque 25 plateaux que compte cette tour de 24 étages. Trois plateaux resteraient à acquérir.

 

A Charleroi, beaucoup parlent encore volontiers de la «Tour Baudoux», tant est resté gravé en terre sambrienne le souvenir de la personnalité hors du commun de l'entrepreneur Jean Baudoux, qui, en mettant debout ce colosse, avait, dit-on, réalisé un vieux rêve. Le chantier, inauguré le 11 juin 1964 par le ministre Edmond Leburton, avait impressionné les gens, non seulement par le sensationalisme à l'américaine de ce petit gratte-ciel, mais aussi par sa rapidité. Un système de «coffrage glissant» permettait d'évoluer très rapidement: certains témoins affirment qu'on parvenait à construire un étage par jour. Un par semaine en tous cas, se souvient Jacques Depelsenaire, qui fut l'un des trois architectes chargés de cette réalisation.

 

OPÉRATION SPECTACULAIRE

 

A trente ans, la tour de la Ville-Basse n'est donc plus une jeune fille. Et il y a déjà quelques années qu'on s'est lancé dans une opération de lifting de longue haleine. A raison d'une vingtaine de millions pour des lots de trois plateaux, les étages sont progressivement rénovés: peintures, revêtements de sol, remplacement des installations électriques,... Il resterait quelque 18 niveaux à rénover, pour un budget de 180 millions. D'autres gros travaux devront être réalisés, et l'on annonce notamment bien du plaisir pour la mise en place d'un nouveau système de climatisation.

 

Il s'agira entre autres d'installer un nouveau «groupe de froid» sur le toit de l'immeuble, ce qui nécessitera des perturbations de la circulation à la ville basse, et l'intervention d'une grue géante comme il en peu en Belgique, explique-t-on à la Régie des Bâtiments du Hainaut, qui avait également examiné la possibilité de recourir à un robuste hélicoptère russe, hypothèse également spectaculaire, mais finalement abandonnée.

 

MANQUE DE PLACE

 

Actuellement, vingt des vingt-cinq niveaux de l'immeuble sont «habités». Il faudra atteindre un taux d'occupation de 100 %. On sait par ailleurs que le «socle» sera bientôt abandonné par la Poste, et qu'y sera aménagé le futur restaurant des Finances.

 

Reste le problème général du manque de place. Les agents de Belgacom chassent une série de collègues des Finances, jusqu'ici hébergés par les immeubles Hermes-Vulcain du boulevard Tirou. Les «expulsés» se retrouvent donc, comme simples locataires, dans le «COC II» (Charleroi Office Center), en face de la Cité administrative. Le «COC I», juste voisin, est déjà occupé par des fonctionnaires. Louer est une solution moins coûteuse à court terme, mais ruineuse si l'on voit plus loin. Et la Régie des Bâtiments réfléchit au moyen d'éviter cette dépense.

 

Le projet originel de la Cité des Finances comportait trois ailes, dont seule la première a vu le jour jusque maintenant. L'hypothèse de la construction d'une seconde aile, à l'arrière du bâtiment actuel, ne serait pas abandonnée et toujours à l'examen, dit-on à la Régie.

 

DENIS GHESQUIÈRE

................................................. c'était hier ...........................................

Le mercredi 28 mars 2012, à partir de 14h00

Photographies de Jean-Pierre Arte sous © Un reflet dans le miroir du Reflex

001-28032012-5457-1.jpg

002-28032012-5274.jpg

003-28032012-5292-1.jpg

004-28032012-5295-1.jpg

005-28032012-5297-1.jpg

006-28032012-5302-1.jpg

007-28032012-5303-1.jpg

008-28032012-5304-1.jpg

009-28032012-5307-1.jpg

010-28032012-5313-1.jpg

011-28032012-5315-1.jpg

012-28032012-5325-1.jpg

013-28032012-5327-1.jpg

014-28032012-5328-1.jpg

015-28032012-5330-1.jpg

016-28032012-5333-1.jpg

017-28032012-5334-1.jpg

018-28032012-5335-1.jpg

019-28032012-5338-1.jpg

020-28032012-5340-1.jpg

021-28032012-5343-1.jpg

022-28032012-5344-1.jpg

023-28032012-5345-1.jpg

024-28032012-5346-1.jpg

025-28032012-5348-1.jpg

026-28032012-5352-1.jpg

027-28032012-5355-1.jpg

028-28032012-5357-1.jpg

029-28032012-5358-1.jpg

030-28032012-5362-1.jpg

031-28032012-5365-1.jpg

032-28032012-5368-1.jpg

033-28032012-5369-1.jpg

034-28032012-5370-1.jpg

035-28032012-5371-1.jpg

036-28032012-5372-1.jpg

037-28032012-5373-1.jpg

038-28032012-5374-1.jpg

039-28032012-5376-1.jpg

040-28032012-5377-1.jpg

041-28032012-5378-1.jpg

042-28032012-5388-1.jpg

043-28032012-5401-1.jpg

044-28032012-5402-1.jpg

045-28032012-5403-1.jpg

046-28032012-5420-1.jpg

047-28032012-5421-1.jpg

048-28032012-5449-1.jpg

5 votes. Moyenne 4.40 sur 5.

Commentaires (3)

1. carolofababrizio 17/04/2012

De tres belles photos des alentours de la place albert 1, à conserver, en archive, pour la mémoire apres la destruction des colonades

2. carolofababrizio 17/04/2012

Felicitation JEan pierre, de belles prises de vues!!! excellent!!

3. DE VLEMMINCK Philippe 14/04/2012

Magnifiques photos qui m'ont fait découvrir Charleroi sous un angle que je ne connaissais pas et qui laissent parfois pantois.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 03/05/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site