Orp-Jauche - Le Paradis

 

 

INTRODUCTION ET MISE EN SITUATION.

Il arrive que l'on jouisse en septembre. Comprenez que l'on jouisse de magnifiques journées qui débutent par une
couverture brumeuse qui se plaît à épouser le contour des végétaux, matériaux et autres eaux pour les fusionner dans un
ensemble encore silencieux et frais.
Pour un photographe digne de ce nom, même amateur, et qui a le temps (par exemple à la retraite), ces jours sont les
moments idéaux pour s'éloigner un moment de sa cité urbaine et rejoindre un lieu qu'il aura pris le temps de bien
sélectionner au pré-alable. L'heure de départ sera fonction du nombre de millimètres à parcourir. Si toutefois, vous
jugez être arrivé trop tôt pour vous livrer de suite à votre passion, il vous reste la possibillité de baisser le dossier
de votre siège et de sommeiller un peu.
C'est ce que je fis en ce dernier samedi 4 septembre 2010. Ce "sommeiller un peu" me prit quand même environ 42 minutes
mais je fus heureux de constater que malgré ce "court" laps de temps écoulé, la brume était toujours aussi présente,
maintenant nimbée de la lumière idéale pour alimenter mon objectif et vous emmener, enfin !, à la découverte -ou les
retrouvailles- de quelques jolis lieux de cette entité d' Orp-Jauche. Heureux aussi que ce ne soit pas jour de marché sur
la place où je m'étais installé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entité d'Orp-Jauche, d'une superficie de 5.050 hectares, se situe à l'extrémité Est du Brabant wallon et se compose de
communes dont seuls les noms vous donnent l'envie d'y aller : Jandrain-Jandrenouille, Jauche, Marilles, Noduwez et
Orp-le-Grand. Lorsque l'on s'attarde un peu sur l'histoire des villes et communes en général, il est curieux de constater
combien de fois reviennent les mêmes noms en guise d'appartenance au doux temps du Moyen-Âge et de voir ainsi la grande
étendue des propriétés seigneuriales et abbatiales.
Je relève ainsi qu'en ces temps moyenâgeux, quelques abbayes et plusieurs seigneuries se partageaient le territoire actuel
de la commune d'Orp-le-Grand. A la fin du XIIIème siècle, l'abbaye de Florennes cédait en partie à l'abbaye des Prémontrés
de Tongerloo et à l'abbaye de Bonne-Espérance (près de Binche dans le Hainaut actuel) les droits de collation et de
patronat de l'église qu'elle assumait depuis l'an 1192 au moins. Gembloux, Heylissem, La Ramée, de même que les chapitres
de Saint-Lambert, Saint-Barthélémy et Fosses y eurent également des biens.

Sur cette nouvelle page, je ne vais pas vous "overbooker" d'informations terriblement ennuyeuses du genre : l'édifice que vous
voyez sur la photo ci-contre à gauche est une église. Elle a été bâtie par des maçons et des charpentiers. On y pénètre  
par une porte à double battant : celui de gauche et celui de droite. De l'eau bénite est disponible mais non potable.
Elle peut recevoir 1.478 personnes et a une vue imprenable sur la décharge de Oucestquonjete.

Je me contenterai de vous proposer mes clichés liés par quelques petits faits d'histoire et d'anecdotes et si, par hasard,
vous croisez mon cousin Albert, dites-lui que mon voyage n'est pas terminé car je n'ai rien sur "Gendre-Nouilles"...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Orp-le-Grand

L'église Saints-Martin et Adèle, remarquable église romane, est toujours le but d'un pélerinage à Sainte Adèle. (Rien par
contre pour Saint Martin : seraient-ils divorcés ? NDLR). Cette église fut souvent modifiée au cours des siècles,
notamment aux XIIIème et XIVème siècles et mutilée au cours de la deuxième guerre mondiale.
L'ancienne grange de l'abbaye de Tongerloo fut transformée en dépendance du château de la famille de Saint-Hubert en
1930.
A Orp-le-Petit, le choeur et la sacristie de l'église Notre-Dame constituent un bijou gothique du XIIIème siècle.
Le domaine du Château Rose de 1780 abrite un pilori.
La Grande Ferme fut la résidence des seigneurs d'Orp, dès le XIIIème siècle.

Le dernier "gourli" : Albert Colin, dernier bourrelier du Brabant, exerce toujours ses activités derrière l'église du
village. On vient de loin pour le voir et lui commander selles et harnais. De Metz à Strasbourg en passant par Aix-la-
Chapelle, les clients sont nombreux. Cette troisième génération exerce de père en fils dans la même petite maison.
(information de 1998, à réactualiser).

Le ruisseau "La Guete"

Septembre

Ainsi dénommé parce qu'il est le septième mois de l'année romaine. La sagesse populaire prétend que si juin fait la qualité, septembre fait la quantité.

Le penseur au fil de l'eau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE BOUDIN VERT

Un des samedis précédant Pâques, a lieu le grand feu purificateur, remis à l'honneur par la confrérie des "Mougneux
d'vete trëpe". Le chou vert frisé, ingrédient principal du célèbre boudin, est promené solennellement dans les
rues du village et est ensuite brûlé sur un bûcher dressé dans le parc communal.
L'origine du boudin au choux vert remonte au moins à l'époque médiévale.

Orp-le-Petit en a fait sa spécialité en cultivant un des ingrédients de base : le fameux chou vert frisé, sur les
alluvions du Ry Henri Fontaine (le "Ruisseau du Grand Hallet").
La tradition orale racontait que des troupes wallonnes se dirigeant vers Bruxelles, afin de bouter l'occupant hollandais
hors du pays, firent étape à Orp où ils furent accueillis par les habitants. Ils gardèrent, disait-on, en mémoire les
mètres de boudin vert qui leur avait été servis à cette occasion.
Une légende qui devint réalité le jour où l'on retrouva, dans le grenier de la maison communale, un drapeau de couleur
grenat offert en 1830 par le comité de subsistance de Liège à la commune d'Orp en remerciement de ces agapes. Ce drapeau
orne maintenant la salle du Conseil.
En 1890, fut fondée la confrérie chargée de promouvoir la recette du boudin vert défendue par un label déposé.
Le chapitre de la confrérie, composé de 18 membres, se réunit annuellement à la mi-avril (soit vers le 15, NDLR).
Les bouchers fabricants reçoivent un petit chapeau pour deux labels successifs et un grand chapeau pour cinq labels
successifs.
Vous dégusterez le savoureux "Vêt Trèpe, chaud ou froid, accompagné d'une "Saison 1900" ou même d'un champagne dont il
ne dénature pas le goût.

Les cinq photos ci-dessus montrent un triplex de 180 mètres carrés avec terrain privatif de 2 ares plus un moulin restauré de 180 mètres carrés et terrain privatif de 3,5 ares. Ensemble à vendre. Une envie ?

*****

Le lundi de Pentecôte se déroule la fête du pêcheur gêtois, aux alentours de l'étang d'Orp-le-Grand.

L'église d'Orp-le-Grand est aussi l'endroit où fut enterrée Alpaïde, princesse mérovingienne, concubine de Pépin de
Herstal. De cette union naquit Charles Martel, d'illustre mémoire.
Alpaïde s'était en effet retirée dans un monastère à Orp, après la mort de Pépin. (Un jour de pluie, NDLR).
On aurait découvert, en 1618, ses restes dans une tombe placée derrière l'autel. Une pierre dite "pierre d'Alpaïde"
est du reste toujours visible dans le baptistère de l'église. Quant à la véritable dalle funéraire de la princesse,
découverte lors des fouilles de 1618, elle a disparu. En effet, le curé de l'époque la fit déplacer, jugeant peu
convenable de la laisser dans un endroit consacré.

Pour en revenir à Sainte-Adèle, elle aurait, paraît-il, voulu revêtir les ornements sacerdotaux et dire la messe mais
fut frappée de cécité au pied de l'autel. Elle erra alors dans la campagne, sous la conduite de sa soeur.
Frappant le sol d'un bâton, elle fit jaillir une source dont l'eau miraculeuse lui permit de recouvrer la vue.

*****

LE PARADIS

La réserve du Paradis est un étang dans une ancienne carrière. Avec l'ancienne voie de chemin de fer qui la relie à
la Jaucière, elle forme le Conservatoire naturel de la commune d'Orp-Jauche.

Cet étang est à l'origine de la création de l'Association pour la défense de la vallée de la Petite jauce au début
des années 80. En effet, la Raffinerie Tirlemontoise (photo), alors propriétaire du site, avait un projet de remblai par
des déchets. Des habitants se sont regroupés pour défendre le site, et la Petite Jauce est née.

Le but du conservatoire est d'abord didactique. C'est pour cela qu'un chalet a été construit et que diverses animations
y sont organisées.

La réserve est entretenue par les ouvriers communaux et par des bénévoles (souvent les mouvements de jeunesse),
sous la responsabilité de son conservateur, Eddy Claude.  

Avant de quitter cette page, je vous invite à changer quelques dizaines de vos euros contre de jolies babioles ou ce que vous voulez.Il doit en effet sûrement y avoir l'objet rare que vous recherchez dans cette brocante bien achalandée que vous découvrirez à peu de distance de l'Office du Tourisme de Orp-le-Grand Clin d'œil

La suite dans quelques temps avec, notamment, Jandrain-Jandrenouille.

Merci de votre visite !

 

 

 

3 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (2)

1. 16/12/2010

Superbes photos JP, j'ai découvert une région que je ne connaissais pas.
Merci.
Bizzzz

2. @mour 21/09/2010

Merci pour ces merveilleuses photos et les commentaires très instructifs. Gros bisous

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site