La fin d'une série

DROIT DE REPONSE 

voir aussi mon ajout en bas de page, merci !

Ce vendredi 20 avril 2012 vers 11h00, alors que je me trouvais sur le chantier du futur hôtel de police, le Conducteur des travaux (Mr Colmant) -qui m'avait donné l'autorisation en début avril- m'a demandé de quitter les lieux et de ne plus y revenir. Voici ses raisons invoquées. Des commentaires partisans auraient été publiés sur mon site (blog) reprochant aux créateurs du projet et donc à son architecte Jean Nouvel, certaines irrégularités lors des travaux et de pousser à la révolte suite à la démolition -prévue mais pas encore entérinée- du porche d'entrée au boulevard Pierre Mayence, n° 67. Comme tout un chacun peut le faire, je viens de parcourir les deux seuls billets déjà présentés, à savoir une première série de photos prises le 06 avril 2012 et une seconde qui est la deuxième partie des photos prises à cette même date.

On peut constater qu'aucun texte de ma part ne précède, n'est inclus ou ne termine chaque série de photographies. En tant que seul administrateur et propriétaire du site "Un reflet dans le miroir du Reflex", j'avais accepté que soient publiés deux commentaires. Le premier venait d'un ancien gendarme ayant travaillé dans ces locaux. Il regrettait la négligence des Autorités miltaires qui n'auraient pas suffisamment entretenu les bâtiments. Aucun mot de sa part ne critiquait ouvertement quiconque ayant un rapport avec le chantier actuel. Le second commentaire me demandait si j'avais pu photographier l'endroit où des résistants avaient été fusillés lors de l'une des dernières guerres mondiales. Aucun reproche donc envers des personnes contemporaines et étant parties prenantes dans l'élaboration du projet. Toutefois, comme ces deux seuls commentaires pouvaient quand même être mal perçus et pour ménager la susceptibilité de certains, j'ai usé de mon autorité sur le site pour les dépublier.

La présentation de mes reportages a aussi fait l'objet d'entrées sur ma page Facebook "Le mini miroir du Reflex" et, je crois, sur ma page personnelle. Là non plus, je n'ai constaté la présence d'aucun commentaire pouvant donner lieu à discussion et mettant en cause l'intégrité de la direction, des membres et de tout le personnel lié à l'Atelier Jean Nouvel de Paris.

Toutefois, si un commentaire devait m'avoir échappé mais cela m'étonnerait puisqu'ils ne peuvent être publiés qu'avec mon accord, je saurais gré à toute personne se sentant lésée ou préjudiciée de m'en avertir aussitôt et le nécessaire sera fait immédiatement.

Depuis la création de "Un reflet dans le miroir du Reflex", j'ai annoncé que mon seul objectif était -et est toujours- la défense et la promotion de Charleroi en tant que ville. J'ai eu l'occasion de me rendre dans différents endroits interdits au public parce que j'avais sollicité -et donc obtenu- l'autorisation des personnes responsables en la matière. Sauf improbable oubli de ma part, je pense avoir toujours respecté les conditions mises à la réalisation de mes reportages sans jamais me servir de ceux-ci pour des critiques malsaines, incongrues ou autres.

Je regrette beaucoup d'avoir été ainsi interdit de séjour sur le chantier du futur hôtel de police de Charleroi. Je regrette aussi que le Conducteur des travaux -sans pour autant contester le droit qu'il a de le faire- m'ait "éjecté" sans que nous ne puissions, ensemble, vérifier sur le web si les commentaires criticables étaient bien apparents sur mon site ou venaient bien de celui-ci. Ce 20/04/2012 vers 11h00, une malencontreuse rupture de connexion Internet n'a pas permis cette vérification mais je déplore néanmoins n'avoir pas pu bénéficier d'un délai afin que mes fautes, s'il en existe, puissent m'être montrées.

Je tiens également à préciser que si je cite son nom, ce n'est pas du tout dans un but de nuire ou de le jeter à la vindicte populaire mais parce qu'il me faut bien situer les faits et les personnages.

In fine, je m'adresserai à toute personne qui aurait utilisé mes photographies ailleurs dans un but qui n'est pas le mien, qu'elles s'exposent à de graves poursuites judiciaires pour violation des lois du copyright. Des recherches sont en cours pour identifier cette ou ces personnes contre lesquelles je déposerai de suite une plainte avec constitution en partie civile puisque cela peut, à l'avenir, me porter préjudice quant à ma crédibilité et la confiance que certains organismes auraient mise en moi.

Ajout du 20/04/2012 à 16h44 : il est possible que Mr Colmant et/ou ses collaborateurs aient confondu ou assimilé l'important forum consacré à Charleroi et visible ici. Le fait que je sois membre de ce forum n'implique pas ipso facto que je cautionne l'intégralité des commentaires rédigés par d'autres membres. Ce matin, Mr Colmant a cité une phrase que j'aurais écrite, selon lui à propos de son chantier "Les travaux de démolition ont commencé...". Cette phrase, tirée de son contexte, lui a paru outrageante mais j'en ignore le pourquoi. J'ai retrouvé cette phrase qui se trouve sur la page consacrée aux travaux de la Rive gauche. Rien à voir donc avec l'hôtel de police. Après quelques heures de réflexion, j'ai la pénible impression de m'être trouvé à sa portée au mauvais moment et que j'ai payé pour quelqu'un d'autre. Il m'est également pénible de constater que j'ai fait les frais d'une possible incompatibilité d'humeur et, de façon certaine, de ne pas avoir été écouté plus attentivement.

Je comprends parfaitement ce qu'engendre comme stress quotidien la tenue d'un tel chantier mais cela n'explique pas ce refus de communication. Comme l'a dit ce Monsieur, il n'était sans doute pas dans un bon jour. Cela arrive. Encore faut-il être entièrement clean pour avancer un tel argument...

"Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension" Gandhi

jeanpierre-arte un reflet dans le miroir du reflex charleroi photos charleroi urbain développement urbain hôtel de police jean nouvel cavalerie mayence spinois écuries

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site