jeanpierre-arte

Caserne en évolution

SANS AUCUN COMMENTAIRE CAR JE N'Y SUIS TOUJOURS PAS AUTORISE

La démolition du porche est avalisée


Poursuite des travaux les 21 et 22 juin 2012

Les matinales du reflet

En duplex depuis la page facebook

Les matinales du reflet


Portez-vous bien, soyez heureux et surtout... n'oubliez pas de sourire ! Merci !

Ronquières, un matin

Plan incliné de Ronquières, lundi 21 mai 2012 entre 08h01 et 08h42

21052012-8401.jpg

21052012-8402.jpg

21052012-8403.jpg


21052012-8404.jpg

21052012-8406.jpg

21052012-8407.jpg

21052012-8408.jpg

21052012-8409.jpg

21052012-8412.jpg

21052012-8413.jpg

21052012-8414.jpg

21052012-8415.jpg

21052012-8416.jpg

21052012-8418.jpg

21052012-8419.jpg

21052012-8420.jpg

21052012-8421.jpg

21052012-8422.jpg

21052012-8423.jpg

21052012-8424.jpg

21052012-8426.jpg

21052012-8427.jpg

21052012-8428.jpg

21052012-8430.jpg

21052012-8431.jpg

21052012-8432.jpg

21052012-8433.jpg

21052012-8434.jpg

21052012-8435.jpg

21052012-8436.jpg

21052012-8437.jpg

21052012-8438.jpg

21052012-8439.jpg

21052012-8440.jpg

21052012-8441.jpg

21052012-8443.jpg

21052012-8444.jpg

21052012-8447.jpg

21052012-8448.jpg

21052012-8453.jpg

21052012-8454.jpg

21052012-8460.jpg

Portez-vous bien, soyez heureux et surtout... n'oubliez pas de sourire ! Merci !

SMILE !

bps-22-1.jpgModestement, avec ses petits moyens mais avec son plus beau sourire, "Un reflet dans le miroir du Reflex" est heureux de s'associer à We Must Act !


Pour tous les détails sur cette nouvelle manifestation d'envergure, la bonne adresse est ici

Lire la suite

Le 10 mai 2012

10052012-7660.jpg

10052012-7661.jpg

10052012-7663.jpg

10052012-7664.jpg

10052012-7665.jpg

10052012-7666.jpg

10052012-7667.jpg

10052012-7668.jpg

10052012-7669.jpg

10052012-7670.jpg

10052012-7671.jpg

10052012-7672.jpg

10052012-7673.jpg

10052012-7676.jpg

10052012-7677.jpg

10052012-7678.jpg

10052012-7679.jpg

10052012-7680.jpg

10052012-7681.jpg

10052012-7682.jpg

10052012-7683.jpg

10052012-7684.jpg

10052012-7685.jpg

10052012-7686.jpg

10052012-7687.jpg

10052012-7688.jpg

10052012-7689.jpg

10052012-7690.jpg

à suivre... si on me laisse faire

Portez-vous bien, soyez heureux et surtout... n'oubliez pas de sourire ! Merci !

Images autorisées

Ces photographies ont été prises uniquement à l'extérieur de l'enceinte du chantier du futur hôtel de police de Charleroi et ce en respect d'une décision unilatérale. Raison pour laquelle je ne ferai aucun commentaire.


La fin d'une série

DROIT DE REPONSE 

voir aussi mon ajout en bas de page, merci !

Ce vendredi 20 avril 2012 vers 11h00, alors que je me trouvais sur le chantier du futur hôtel de police, le Conducteur des travaux (Mr Colmant) -qui m'avait donné l'autorisation en début avril- m'a demandé de quitter les lieux et de ne plus y revenir. Voici ses raisons invoquées. Des commentaires partisans auraient été publiés sur mon site (blog) reprochant aux créateurs du projet et donc à son architecte Jean Nouvel, certaines irrégularités lors des travaux et de pousser à la révolte suite à la démolition -prévue mais pas encore entérinée- du porche d'entrée au boulevard Pierre Mayence, n° 67. Comme tout un chacun peut le faire, je viens de parcourir les deux seuls billets déjà présentés, à savoir une première série de photos prises le 06 avril 2012 et une seconde qui est la deuxième partie des photos prises à cette même date.

On peut constater qu'aucun texte de ma part ne précède, n'est inclus ou ne termine chaque série de photographies. En tant que seul administrateur et propriétaire du site "Un reflet dans le miroir du Reflex", j'avais accepté que soient publiés deux commentaires. Le premier venait d'un ancien gendarme ayant travaillé dans ces locaux. Il regrettait la négligence des Autorités miltaires qui n'auraient pas suffisamment entretenu les bâtiments. Aucun mot de sa part ne critiquait ouvertement quiconque ayant un rapport avec le chantier actuel. Le second commentaire me demandait si j'avais pu photographier l'endroit où des résistants avaient été fusillés lors de l'une des dernières guerres mondiales. Aucun reproche donc envers des personnes contemporaines et étant parties prenantes dans l'élaboration du projet. Toutefois, comme ces deux seuls commentaires pouvaient quand même être mal perçus et pour ménager la susceptibilité de certains, j'ai usé de mon autorité sur le site pour les dépublier.

La présentation de mes reportages a aussi fait l'objet d'entrées sur ma page Facebook "Le mini miroir du Reflex" et, je crois, sur ma page personnelle. Là non plus, je n'ai constaté la présence d'aucun commentaire pouvant donner lieu à discussion et mettant en cause l'intégrité de la direction, des membres et de tout le personnel lié à l'Atelier Jean Nouvel de Paris.

Toutefois, si un commentaire devait m'avoir échappé mais cela m'étonnerait puisqu'ils ne peuvent être publiés qu'avec mon accord, je saurais gré à toute personne se sentant lésée ou préjudiciée de m'en avertir aussitôt et le nécessaire sera fait immédiatement.

Depuis la création de "Un reflet dans le miroir du Reflex", j'ai annoncé que mon seul objectif était -et est toujours- la défense et la promotion de Charleroi en tant que ville. J'ai eu l'occasion de me rendre dans différents endroits interdits au public parce que j'avais sollicité -et donc obtenu- l'autorisation des personnes responsables en la matière. Sauf improbable oubli de ma part, je pense avoir toujours respecté les conditions mises à la réalisation de mes reportages sans jamais me servir de ceux-ci pour des critiques malsaines, incongrues ou autres.

Je regrette beaucoup d'avoir été ainsi interdit de séjour sur le chantier du futur hôtel de police de Charleroi. Je regrette aussi que le Conducteur des travaux -sans pour autant contester le droit qu'il a de le faire- m'ait "éjecté" sans que nous ne puissions, ensemble, vérifier sur le web si les commentaires criticables étaient bien apparents sur mon site ou venaient bien de celui-ci. Ce 20/04/2012 vers 11h00, une malencontreuse rupture de connexion Internet n'a pas permis cette vérification mais je déplore néanmoins n'avoir pas pu bénéficier d'un délai afin que mes fautes, s'il en existe, puissent m'être montrées.

Je tiens également à préciser que si je cite son nom, ce n'est pas du tout dans un but de nuire ou de le jeter à la vindicte populaire mais parce qu'il me faut bien situer les faits et les personnages.

In fine, je m'adresserai à toute personne qui aurait utilisé mes photographies ailleurs dans un but qui n'est pas le mien, qu'elles s'exposent à de graves poursuites judiciaires pour violation des lois du copyright. Des recherches sont en cours pour identifier cette ou ces personnes contre lesquelles je déposerai de suite une plainte avec constitution en partie civile puisque cela peut, à l'avenir, me porter préjudice quant à ma crédibilité et la confiance que certains organismes auraient mise en moi.

Ajout du 20/04/2012 à 16h44 : il est possible que Mr Colmant et/ou ses collaborateurs aient confondu ou assimilé l'important forum consacré à Charleroi et visible ici. Le fait que je sois membre de ce forum n'implique pas ipso facto que je cautionne l'intégralité des commentaires rédigés par d'autres membres. Ce matin, Mr Colmant a cité une phrase que j'aurais écrite, selon lui à propos de son chantier "Les travaux de démolition ont commencé...". Cette phrase, tirée de son contexte, lui a paru outrageante mais j'en ignore le pourquoi. J'ai retrouvé cette phrase qui se trouve sur la page consacrée aux travaux de la Rive gauche. Rien à voir donc avec l'hôtel de police. Après quelques heures de réflexion, j'ai la pénible impression de m'être trouvé à sa portée au mauvais moment et que j'ai payé pour quelqu'un d'autre. Il m'est également pénible de constater que j'ai fait les frais d'une possible incompatibilité d'humeur et, de façon certaine, de ne pas avoir été écouté plus attentivement.

Je comprends parfaitement ce qu'engendre comme stress quotidien la tenue d'un tel chantier mais cela n'explique pas ce refus de communication. Comme l'a dit ce Monsieur, il n'était sans doute pas dans un bon jour. Cela arrive. Encore faut-il être entièrement clean pour avancer un tel argument...

"Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension" Gandhi

La suite du 6 avril 2012

image-atelier-jean-nouvel-mdw-architecture.jpg

LA SUITE DES VUES DU 6 AVRIL 2012

ZP5330_06042012_5865.jpg

ZP5330-06042012_5866.jpg

ZP5330_06042012_5868.jpg

ZP5330_06042012_5872.jpg

ZP5330_06042012_5874.jpg

ZP5330_06042012_5881.jpg

ZP5330_06042012_5884.jpg

ZP5330_06042012_5885.jpg

ZP5330_06042012_5886.jpg

ZP5330_06042012_5887.jpg

ZP5330_06042012_5889.jpg

ZP5330_06042012_5891.jpg

ZP5330_06042012_5892.jpg

ZP5330_06042012_5894.jpg

ZP5330_06042012_5895.jpg

ZP5330_06042012_5900.jpg

ZP5330_06042012-5907.jpg

ZP5330_06042012_5908.jpg

ZP5330_06042012_5909.jpg

ZP5330_06042012_5911.jpg

ZP5330_06042012_5915.jpg

ZP5330_06042012_5923.jpg
ZP5330_06042012_5924.jpg
ZP5330_06042012_5925.jpg
ZP5330_06042012_5927.jpg
ZP5330_06042012_5928.jpg
ZP5330_06042012_5930.jpg
ZP5330_06042012_5931.jpg
ZP5330_06042012_5932.jpg
ZP5330_06042012_5933.jpg
ZP5330_06042012_5934.jpg
ZP5330_06042012_5935.jpg
ZP5330_06042012_5937.jpg
ZP5330_06042012_5941.jpg
ZP5330_06042012_5942.jpg
ZP5330_06042012_5944.jpg
ZP5330_06042012_5945.jpg
ZP5330_06042012_5946.jpg
ZP5330_06042012_5948.jpg
ZP5330_06042012_5950.jpg
ZP5330_06042012_5952.jpg
ZP5330_06042012_5953.jpg
ZP5330_06042012_5954.jpg
ZP5330_06042012_5955.jpg
ZP5330_06042012_5956.jpg
ZP5330_06042012_5957.jpg
ZP5330_06042012_5958.jpg
ZP5330_06042012_5961.jpg
ZP5330_06042012_5975.jpg
ZP5330_06042012_5976.jpg

ZP5330_06042012_5985.jpg
ZP5330_06042012_5986.jpg
ZP5330_06042012_5987.jpg
ZP5330_06042012_5993.jpg
ZP5330_06042012_5996.jpg
ZP5330_06042012_5997.jpg
ZP5330_06042012_5999.jpg
ZP5330_06042012_6002.jpg
ZP5330_06042012_6003.jpg
ZP5330_06042012_6004.jpg
ZP5330_06042012_6009.jpg
ZP5330_06042012_6010.jpg
ZP5330_06042012_6011.jpg
ZP5330_06042012_6013.jpg
ZP5330_06042012_6015.jpg
ZP5330_06042012_6017.jpg
ZP5330_06042012_6018.jpg
ZP5330_06042012_6020.jpg
ZP5330_06042012_6022.jpg
ZP5330_06042012_6025.jpg
ZP5330_06042012_6026.jpg
ZP5330_06042012_6029.jpg
ZP5330_06042012_6042.jpg
ZP5330_06042012_6043.jpg
ZP5330_06042012_6048.jpg
ZP5330_06042012_6049.jpg
ZP5330_06042012_6050.jpg
ZP5330_06042012_6051.jpg


Nous restons en contact si vous le voulez bien ?
En attendant, portez-vous bien, soyez heureux et surtout... n'oubliez pas de sourire !  Merci !

06 avril 2012


Vendredi 06 avril 2012


ZP5330_06042012_5782.jpg

ZP5330_06042012_5783.jpg

ZP5330_06042012_5785.jpg

ZP5330_06042012_5786.jpg

ZP5330_06042012_5787.jpg

ZP5330_06042012_5788.jpg

ZP5330_06042012_5791.jpg

ZP5330_06042012_5795-1.jpg

ZP5330_06042012_5796.jpg

ZP5330_06042012_5797.jpg

ZP5330_06042012_5801.jpg

ZP5330_06042012_5803.jpg

ZP5330_06042012_5805.jpg

ZP5330_06042012_5806.jpg

ZP5330_06042012_5807.jpg

ZP5330_06042012_5809.jpg

ZP5330_06042012_5810.jpg

ZP5330_06042012_5815.jpg

ZP5330_06042012_5817.jpg

ZP5330_06042012_5819.jpg

ZP5330_06042012_5820.jpg

ZP5330_06042012_5822.jpg

ZP5330_06042012_5824.jpg

ZP5330_06042012_5825.jpg

ZP5330_06042012_5829.jpg

ZP5330_06042012_5833.jpg

ZP5330_06042012_5834.jpg

ZP5330_06042012_5836.jpg

ZP5330_06042012_5837.jpg

ZP5330_06042012_5839.jpg

ZP5330_06042012_5841.jpg

ZP5330_06042012_5842.jpg

ZP5330_06042012_5845.jpg

ZP5330_06042012_5847.jpg

ZP5330_06042012_5848.jpg

ZP5330_06042012_5849.jpg

ZP5330_06042012_5850.jpg

ZP5330_06042012_5851.jpg

ZP5330_06042012_5853.jpg

ZP5330_06042012_5854.jpg

ZP5330_06042012_5855.jpg

ZP5330_06042012_5856.jpg

ZP5330_06042012_5857.jpg

ZP5330_06042012_5858.jpg

ZP5330_06042012_5859.jpg

ZP5330_06042012_5860.jpg

ZP5330_06042012_5862.jpg

ZP5330_06042012_5863.jpg

ZP5330_06042012_5864.jpg



Lire la suite

Roma 1911

 Le chœur des esclaves de Nabucco! Exceptionnel ! en présence de Berlusconi, le chef d'orchestre fait reprendre avec le public le chant de la liberté des esclaves de Verdi. Le 12 mars dernier, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité. L ’Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti.
> > > 
> > > Nabucco est une œuvre autant musicale que politique : elle évoque l'épisode de l'esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Chœur des esclaves opprimés. En Italie, ce chant est le symbole de la quête de liberté du peuple. Mais avant la représentation, Gianni Alemanno, le maire de Rome, est monté sur scène pour prononcer un discours dénonçant les coupes dans le budget de la culture du gouvernement. Cette intervention politique, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, allait produire un effet inattendu, d’autant plus que Sylvio Berlusconi en personne assistait à la représentation …
> > > Riccardo Muti, le chef d'orchestre, raconte ce qui fut une véritable soirée de révolution : 
> > > « Nous avons commencé l’opéra, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant *Va Pensiero*, j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Au moment où les gens ont réalisé que le *Va Pensiero* allait démarrer, la salle s ’est remplie d’une ferveur viscérale car les esclaves chantent alors: « Oh ma patrie, si belle et perdue ! ».
> > > Alors que le Chœur arrivait à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà : « Bis ! » Le public commençait à crier « Vive l’Italie ! » et «Vive Verdi ! » Muti hésitait à accorder le « bis » pour le *Va pensiero*. Mais le public avait déjà réveillé son sentiment patriotique. Le chef d’orchestre s’est alors retourné faisant face à la fois au public et à M. Berlusconi, et voilà ce qui s'est produit :
> > > 
> > > On entend crier dans le public : "Longue vie à l'Italie !"
> > > 
> > > Le chef d'orchestre Riccardo Muti : 

> > 
"Oui, je suis d'accord avec ça, "Longue vie à l'Italie" mais... Je n'ai plus 30 ans et j'ai vécu ma vie, mais en tant qu'Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j'ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j'acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero". Ce n'est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Chœur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j'ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l'histoire de l'Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment "*belle et perdue*."
> > 
> > [Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]
> > 

> > > 
Si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble."
> > 
C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur s’est lui aussi levé. Ce fut un moment magique dans l’opéra. Ce soir-là fut non seulement une représentation du Nabucco, mais également une déclaration du théâtre de la capitale à l’attention des politiciens . 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site